It is currently Sun Oct 21, 2018 5:33 pm


Post new topic Reply to topic  [ 56 posts ]  Go to page Previous  1, 2, 3
Author Message
 Post subject: Re: Chroniques d'un Ange déchu.
PostPosted: Tue Aug 17, 2010 12:39 pm 
User avatar

Joined: Wed Jul 29, 2009 8:52 am
Posts: 838
Location: Rheinpfalz
Merci ^^

C'est un vrai travail que de faire un fluff cohérent et sympathique qui colle avec ce qu'on a vraiment envie et ce jeu le permet.

Si jamais tu as des questions, veux des conseils ou tout simplement faire une partie, contactes moi ;)

Et si tu veux passer chez moi, bien que je ne sois plus étudiant depuis deux lustres, j'ai toujours de la bière au frais :D (à consommer avec modération, bien entendu).

_________________
"La Lumière de la Vérité est toujours tapie dans les Ténèbres qui nous entourent."
Frère Jakob, Confrérie des Enfants de Lucifer

Fournisseur de figurines ExIllis peintes : Atelier du Mercenaire

Image


Top
 OfflineProfile  
 Post subject: Re: Chroniques d'un Ange déchu.
PostPosted: Sun Sep 26, 2010 9:19 am 
User avatar

Joined: Wed Jul 29, 2009 8:52 am
Posts: 838
Location: Rheinpfalz
Je continue en mettant (enfin) des révélations sur l'histoire de mon banneret (celui qui me servait d'avatar).

Quote:
La vallée de Markirch, surnommée Silbertal (Val d'Argent) à cause de la présence de nombreuses mines de ce métal précieux dans les montagnes environnantes est située dans le massif vosgien, recouvert d'une forêt dense et giboyeuse, au cœur de la Rheinpfalz.

La ville de Markirch, fondée par le moine Blidulfe de Metz au Xème siècle, est donc un important centre minier, originellement sous la garde de l'Eglise, qui partageait équitablement les gisements avec Rudolf. Depuis l'apparition du Flael et les raids de plus en plus nombreux de pillards, Rudolf I von Bayern fit une concession et en octroya la garde à son cousin germain, l'impulsif et cupide baron d'Eckerich : Wilhelm von Markirch pour en assurer la protection contre une partie de ses revenus miniers, en accord avec l'Eglise, qui devait récupérer quatre huitième du métal extrait, trois huitième revenant donc à Rudolf et le reste, soit un huitième, à Wilhelm.
Au bout de quelques années, ce dernier jugeant que des individus qui étaient sensés se tourner vers la méditation et la prière n'avaient pas à s'embarrasser de viles affaires d'argent, s'est approprié manu militari les mines jusqu'alors possession des moines d'Eckerich, chassant les religieux et rasant leur monastère.

Cette action jeta un froid entre le baron et l'Eglise , cette dernière n'entendant pas se laisser spolier de la manne terrestre que lui rapportaient les mines, excommunia le noble et sa famille. Le baron décida donc de retirer l'orbe papal du blason familial, ceci créant définitivement un schisme entre lui et son cousin Rudolf I von Bayern qui lui avait octroyé ce fief. Les Von Markirch se retrouvent alors mis au ban de la vie sociale et religieuse de l'Empire, devant faire face aux attaques de ceux-ci, qui veulent récupérer les exploitations de métal précieux.

L'arrivée de plus en plus massive de Nains dans la vallée, leur savoir-faire minier étant particulièrement apprécié, n'est pas non plus du goût des autorités religieuses qui voient en toutes créatures fléaudides des séides du Malin, ajoutant de l'eau au moulin de l'évêque de Strasbourg qui voit en Wilhelm un suppôt de Satan .

Quelques mois plus tard, le père Gerhard, le curé de la paroisse, un religieux irréductible et têtu qui officie en l'église Sancte Maria pour le salut des habitants (qui d'après lui sont trompés par le baron maléfique), conformément aux règles canoniques refusa de donner un enterrement chrétien à Griselda, épouse du baron, morte en mettant au monde des jumeaux : Thrud et Gerthrud. La malchance continua de s'abattre sur la famille lorsqu'un des deux nouveau nés mourut quelques jours plus tard. Le religieux se campant sur ses positions, refusa également une sépulture digne au nourrisson.
Fou de rage et de douleur, Wilhelm exécuta le moine, dernier bastion de l'Eglise en ces lieux, le décapitant lestement d'un revers d'épée. Il planta ensuite la tête aux yeux exorbités sur une pique placée sur le parvis de l'église et renia Dieu et ses serviteurs puisque ceux-ci ne consentaient pas à le servir. Tout était dit : la cassure entre ce petit fief et l'Eglise était désormais définitif.

Wilhelm, ayant décidé de se payer les services de mercenaires (l'exploitation des mines pour son usage exclusif lui en donne désormais les moyens, vu qu'il ne reversait plus rien ni à l'Eglise ni à son cousin) pour compléter sa garnison et fortifier la vallée, déjà naturellement protégée du fait de la présence du relief montagneux, fait naturellement appel à la Gesellchaft des Engel, qu'il a déjà côtoyé par le passé, confiant en leur professionnalisme.

Ainsi, lorsque Siegfierd, fils aîné de Wilhelm décide de devenir chevalier, il s'entraîne avec les meilleurs guerriers de cette partie du monde. Il montre rapidement des qualités de meneur et dirige son unité de chevaliers : les Furieux de Rhénanie, avec lesquels il intègre l'ost de Nah'Ash, décurion commandant la 7ème faction de la Gesellchaft, alors cantonnée dans la vallée. Ayant hérité d'une partie du caractère impulsif de son père, il privilégie les attaques dévastatrices en fauchant le plus d'adversaires possibles avant de pourfendre les commandants ennemis, causant des dégâts considérables.

Quelques années plus tard, Thrud, son jeune frère décide de suivre ses traces, mais n'est pas très à l'aise à cheval. Il rejoint donc les troupes à pied de l'armée afin de leur insuffler la vaillance nécessaire, sa présence faisant souvent une différence notable sur le champ de bataille. En effet, une de ses techniques de prédilection étant de bloquer au maximum les coups ennemis avec son bouclier afin d'effectuer des ripostes fulgurantes.

Selon certaines rumeurs, Thrud serait en fait Gerthrud, la jeune sœur de Siegfried, ce qui expliquerait pourquoi il/elle garde son casque en permanence. Seuls quelques personnes connaissent la vérité sur sa véritable identité et le secret est bien gardé. Une chose est cependant certaine, c'est que mâle ou femelle, ce guerrier est digne de sa famille et fait preuve d'une agressivité sanguinaire sur les champs de bataille, son armure noire rehaussée d'or le rendant reconnaissable facilement... causant la terreur dans les esprits de ses adversaires les moins disciplinés.

_________________
"La Lumière de la Vérité est toujours tapie dans les Ténèbres qui nous entourent."
Frère Jakob, Confrérie des Enfants de Lucifer

Fournisseur de figurines ExIllis peintes : Atelier du Mercenaire

Image


Last edited by Silverpaint68 on Thu Sep 30, 2010 8:59 am, edited 2 times in total.

Top
 OfflineProfile  
 Post subject: Re: Chroniques d'un Ange déchu.
PostPosted: Mon Sep 27, 2010 11:02 am 
User avatar

Joined: Wed Jul 29, 2009 8:52 am
Posts: 838
Location: Rheinpfalz
Et pour rester dans le ton, une petite suite que je dédicace particulièrement à Azrael, qui sait apprécier les belles histoires.

Quote:
Auberge du Rat Dingue, quelque part en Artois....

La jeune femme savourait ces quelques instants de calme après la tourmente de la nuit précédente. Les troupes françaises les avaient attaqué alors qu'il dormaient, causant des dégâts considérables, fauchant nombre de valeureux guerriers alors que les brumes du sommeil obscurcissaient encore leurs réflexes. Dame Fortune semblait s'être penchée particulièrement sur elle, l'épargnant alors que nombre des ses compagnons étaient tombés sous les coups sournois des troupes de Mahaut d'Artois, dont Frantz, son amant du moment, la jugulaire transpercée d'une flèche alors qu'il tentait de se lever de sa couche, inondant les couvertures et leurs corps nus de son sang cramoisi.
La discipline des troupes de la Gesellchaft avait montré une fois de plus son efficacité redoutable. Les mercenaires, s'étant vite repris, repoussèrent l'ennemi rapidement. Ils avaient même capturé vivant le commandant de la troupe adverse et réussi à lui faire cracher le nom du commanditaire de cette attaque déloyale. La Gesellchaft n'appréciait pas du tout de se faire surprendre de la sorte, et sa vengeance était en général à la mesure de sa fureur et de son efficacité légendaire.

Loin des combats et de la fureur des batailles, hors d'atteinte des cris d'agonie des mourants éviscérés par les armes ennemies, revêtue d'une robe simple mais fonctionnelle, elle appréciait le calme de l'auberge où elle avait décidé de passer la soirée pour noyer son chagrin, buvant tranquillement une pinte de bière locale, son regard posé rêveusement sur le soleil couchant qui embrasait la plaine... une boule lui serrait la gorge au souvenir des étreintes de son compagnon disparu.

Le tavernier, un trentenaire jovial et visiblement prudent, n'avait pas posé de questions embarrassantes sur ses cheveux couleur de blés mûrs coupés si courts, ni sur les ecchymoses qui lui garnissaient les avant-bras, laissés nus par sa robe de tissus grossier et encore moins sur les sillons clairs et humides qui maculaient ses joues poussiéreuses.
Elle s'était tout de suite entendue avec Stella, la petite serveuse timide, jeune fille maigrichonne qui ne devait pas manger tous les jours à sa faim, qui lui avait dégotté une table calme, à l'écart de celles occupées par les habitués, de simples gueux qui préféraient oublier leur peine et leur honte dans un mauvais vin coupé plutôt que de laver l'affront l'arme à la main comme elle l'avait fait la nuit dernière.

Le calme ne fut cependant que de courte durée, une bande de soudards arborant les couleurs de la couronne française surgissant dans les locaux, à force de cris et de rires gras, faisant fuir les occupants précédents, peu désireux de se frotter à ces hommes belliqueux. L'un d'eux commanda sans retard d'une voix forte habituée à donner des ordres :

- A boire, tavernier ! Amène ta meilleure vinasse pour la garde personnelle de son Éminence Johannes de Chartres !


La pauvre petite serveuse fut rapidement la cible de l'attention grivoise de l'un des rustres, ses grosses mains calleuses s'attardant lubriquement sur le corps mince de la jouvencelle qui venait de leur apporter un pichet de jus de treille, alors que le tenancier n'osait intervenir pour protéger son enfant, intimidé par l'aspect brutal des nouveaux venus, armés de pied en cap.

Depuis sa table à l'écart, la jeune femme avait distinctement entendu le nom du religieux... un nom qui lui avait fait dresser l'oreille et éveillé son attention. La haine commença à dissoudre la boule dans sa gorge, la remplaçant par une ire froide et déterminée. Ce fils de porc était celui qui avait commandité l'attaque contre leur camp la nuit dernière.... décidément, la chance semblait malgré tout la chérir en cette journée.
L'attitude des malotrus, de plus en plus entreprenants vis à vis de la pauvre Stella, la faisait grincer des dents, ajoutant à sa colère, mais le pire était la réaction indolente et amusée du prêtre, un pourceau gras et suffisant, visiblement gavé de vin et de mets fins. L'écclésiastique riait de bon cœur avec les épéistes au spectacle des déboires de la pauvre Stella, qui tentait sans succès de se dépêtrer des étreintes du soldat. Décidément, tout était à jeter dans cette Église honnie qui avait renié sa famille...

Lorsque la gamine put enfin se libérer des goujats en trébuchant, les larmes aux yeux, la jeune femme lui fit machinalement un signe de réconfort, attirant par ce geste l'attention des miliciens sur elle. L'un d'eux, celui qui paraissait plus âgé et sûr de lui, se leva immédiatement et se dirigea sans hésitation vers sa table, un sourire vicieux marquant ses lèvres. Arrivé face à elle, il lui adressa la parole de sa voix rocailleuse :

- Dis moi ribaude, de quel droit tu oses nous r'garder comme ça ? T'es jalouse ? Tu veux qu'mes hommes et moi on s'occupe aussi de ton cas ? Il semble que t'as pas eu ton content d'vrais mâles ces derniers temps, j'me trompe ?

Puis, se tournant vers ses compagnons, il les interpella en ces termes :

- Eh ! Les gars ! Y a là une pucelle qui demande qu'a perdre sa fleur, ça vous tente ?

Les paroles du rustre résonnant encore à ses oreilles, son sang germain bouillonnant dans ses veines, la jeune femme attrapa vivement la main du serjant qui se tendait nonchalamment vers son corsage, lui brisant net le poignet d'une simple torsion. L'homme afficha un air surpris, tant par la douleur, l'audace de la damoiselle que par la force de sa poigne que sa silhouette fine semblait contredire. Elle le regarda droit dans les yeux, son regard d'émeraude vrillé sur la pupille terne du soldat, un air de défi et de commandement farouche y allumant une étincelle de mauvais aloi, et lui susurra ces mots, comme une confidence :

- Mon cher imbécile, sachez que vous vous adressez à la baronne Gerthrud Von Markirch, commandant la troisième phalange de la septième faction de la Gesellchaft des Engels, basée à quelques lieues d'ici... et que vos troupes de sagouins ont vicieusement attaqué la nuit dernière.

A cet instant du discours, une flamme de haine pure embrasa les prunelles de la jeune guerrière, qui continua d'une voix glaciale :

- Et maintenant que vous connaissez mon identité, je me vois au regret de vous informer que je suis malheureusement dans l'obligation de vous trucider séance tenante, vous et vos misérables traîne patins, ainsi bien entendu que le goret en soutane qui vous accompagne.

Sur ces mots, elle se leva avec une vivacité surhumaine, plongeant une épée acérée semblant surgir du néant, dans la trachée de l'homme. Puis se saisissant d'un tabouret en guise de bouclier, levant son arme luisante du sang qu'elle semblait absorber, elle se rua en hurlant rageusement sur les combattants restants, encore stupéfaits, qui lui faisaient face.
Bloquant adroitement les coups d'épée de son bouclier improvisé, ripostant à chaque attaque, Gertrud mis rapidement un terme à la vie de ses adversaires, gardant le religieux pour la fin. Elle s'avança tranquillement vers sa silhouette tremblante, un rictus mauvais sur les lèvres. Celui-là allait souffrir, lentement...



Quelques minutes plus tard, le calme était revenu dans la taverne, jonchée de corps sans vie. Stella regardait avec crainte et admiration la jeune femme à l'épée et aux vêtements couverts de sang et de tripes, qui n'avait reçu que de quelques égratignures et sortait des lieux comme si de rien n'était, les traits désormais apaisés...
La bourse pansue qu'elle avait déposé sur sa table juste avant de partir était pleine de pièces d'argent, qui bien que d'une facture inhabituelle, valaient bien plus que ce qu'il fallait pour réparer les dégâts (et faire disparaître les corps) et suffisamment pour acheter leur silence, à son père et elle.

Plaine d'Artois, quelques dizaines de minutes plus tard...

Peter, qui montait la garde à l'écart du camp, hors des lumières des feux, afin de surprendre tout mouvement suspect, sentit une présence non loin de lui. Il leva les yeux de l'épée qu'il affutait silencieusement, les sens en éveil, prêt à donner l'alarme pour éviter un guet-apen comme celui subit la veille. Du coin de l'œil, il avait aperçu une ombre qui s'approchait du périmètre du campement. En alerte, il se releva d'un bond, sa lame prête à frapper l'intrus, un cri d'alerte au bord des lèvres. C'est alors qu'il reconnut la silhouette en armure intégrale d'un noir luisant rehaussé d'or qui se dirigeait calmement vers lui dans la lumière lunaire. Il sortit tranquillement de l'ombre protectrice du bosquet qui le masquait et prononça ces quelques mots :

- Alors, ça a été, cette balade en ville, monseigneur ?

- La routine, mon bon Peter, la routine... déclara Thrud Von Markirch d'une voix lasse.

_________________
"La Lumière de la Vérité est toujours tapie dans les Ténèbres qui nous entourent."
Frère Jakob, Confrérie des Enfants de Lucifer

Fournisseur de figurines ExIllis peintes : Atelier du Mercenaire

Image


Last edited by Silverpaint68 on Wed Sep 29, 2010 3:27 am, edited 1 time in total.

Top
 OfflineProfile  
 Post subject: Re: Chroniques d'un Ange déchu.
PostPosted: Mon Sep 27, 2010 3:30 pm 
Bleeding Edge Knight
User avatar

Joined: Tue Aug 24, 2010 11:21 am
Posts: 84
Location: Vaucluse (France)
vraiment excellent !!!

_________________
Armée de Provence en cours de rassemblement
Image


Top
 OfflineProfile  
 Post subject: Re: Chroniques d'un Ange déchu.
PostPosted: Mon Sep 27, 2010 3:47 pm 
Lead Spammer / Spammeur en chef
User avatar

Joined: Sat Jul 25, 2009 1:37 am
Posts: 2694
Location: Chevilly Larue (94) FRANCE!!!!
j'aime bcp. j'attend avec impatiente des fennes guerrieres comme figs

_________________
Image

Part du principe que j'ai toujours raison, tu gagneras du temps
Life is a game, play it your way

http://ex-illis.com/wikipl/Category:Cadwe


Top
 OfflineProfile  
 Post subject: Re: Chroniques d'un Ange déchu.
PostPosted: Wed Sep 29, 2010 3:34 am 
User avatar

Joined: Wed Jul 29, 2009 8:52 am
Posts: 838
Location: Rheinpfalz
Petite correction orthographique dans le nom : c'est désormais Thrud Von Markirch (avec un H).

En fait, suite à quelques recherches approfondies, j'ai trouvé que Thrud est dans la mythologie nordique la fille de Thor et une Valkyrie. Un baron germain belliqueux comme Wilkhelm Von Mrakirch a donc pu nommer sa fille ainsi, et l'élever comme une guerrière (ce qui expliquerait qu'elle aie été longtemps prise pour un garçon un peu efféminé ;) ajoutant à l'ambiguïté du personnage). Dans l'histoire de Markirch ci-dessus, je parle de jumeaux : Thrud et Gerthrud, il n'est réellement mentionné nulle part de questions de sexe des enfants... donc je suis en accord avec mes écrits. Le fait que Wilhelm soit plus ou moins passionné (voir adorateur) de mythologie nordique est compatible (pensez à l'opéra de Wagner : L'anneau du Nibelung (c'est allemand ET bavarois !), ses inspirations sont tout a fait compatibles avec l'univers d'Ex Illis :D

voir ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Der_Ring_des_Nibelungen

pour ceux que ça intéresse.

Pour l'anecdote, il semblerait que les Valkyries chevauchaient des loups et non des chevaux ailés comme il est souvent mentionné.

voir là : http://fr.wikipedia.org/wiki/Walkyrie

J'ai même vu une allusion qui indique que la fille de Thor est fiancée à un Nain... j'aime quand les sources confortent mes idées de fluff ^^ et me permettent de rebondir !

Et voilà, je suis comblé, je fais d'Ex Illis (ma version au niveau fluff) le premier jeu de figurines wagnérien inspiré d'un opéra célèbre !

_________________
"La Lumière de la Vérité est toujours tapie dans les Ténèbres qui nous entourent."
Frère Jakob, Confrérie des Enfants de Lucifer

Fournisseur de figurines ExIllis peintes : Atelier du Mercenaire

Image


Top
 OfflineProfile  
Display posts from previous:  Sort by  
Post new topic Reply to topic  [ 56 posts ]  Go to page Previous  1, 2, 3

All times are UTC - 5 hours [ DST ]


Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 2 guests


You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot post attachments in this forum

Search for:
Jump to:  
cron

Ex illis and Bastion are trademarks or registered trademarks of Studio Figurines Bastion Inc. in the US and/or other countries. All rights reserved.
Not able to open ./cache/data_global.php